Sans détour

Publié le 18 Août 2014

Ses cheveux noirs et bouclés remuent sous le vent
Tiède d’une nuit de printemps, le lilas exalte
Un sourire tendre s'impose, inconvenant
Les piaillements s’intensifient au-delà de l’asphalte.


La nuit est son domaine drapée d’un châle
Aux couleurs bigarrés, elle domine l’escalier ,
Adieu aux médisances salées et détestables
Ses yeux rieurs se moquent des suppliciés.


Un bruit strident, la femme s’envole dans le jour
J’entends son rire cristallin s'effacer dans le temps
Une femme ? Est-ce une réalité sans détour ?
Une nuit qui s'étire dans le moment.

Sans détour

Rédigé par Evglantine

Publié dans #poésies

Repost 0
Commenter cet article

Jean-Baptiste Khair 25/08/2014 09:24

Je remercie Christel de m'avoir fait découvrir cette petite pièce de grande profondeur. La question est essentielle : une femme est-elle une "réalité sans détour". Ce qui est vrai pour l'humanité en général l'est, de façon, intense pour les êtres de genre ou de sensibilité féminins. Bonne continuation, Evglantine, sur ce chemin périlleux des vérités poétiques, qui te nourrit autant qu'il t'affame... JB