Ecrivez-moi mais ne me transférer pas de chaînes s'il vous plait !

Publié le 10 Mai 2017

Ecrivez-moi mais ne me transférer pas de chaînes s'il vous plait !

Les chaines Facebook ou SMS,

Un souvenir : 

Il y a bien des années, dans ma cours d'école enclavée entre de hauts murs et des bâtiments, nous étions une petite bande de filles aimant la vie et les rires. Heureuses nous courrions partout, étions très intrépides mais aussi très réfléchies. Enfin, le pensions-nous. 

Nous aimions imaginer le futur comme nous aimions discourir des événements entendu à la télévision ou des discussions de nos parents. Nous avions la chance, toutes, d'avoir des parents impliqués dans la vie de notre petit village. Nous savions donc ce que c'était de prendre des responsabilités, de réfléchir à la conséquence de nos actes, de mesurer nos décisions. 

Il y avait cette chose étrange que nous faisions régulièrement: nous prenions nos décisions toutes ensembles après des longs palabres sous le chêne planté au milieu de la cours, ou sous le préau, ou adossées contre le mur du fond, bref dans un endroit tranquille. 

Un jour, nous nous sommes réunies après qu'une d'entre nous eu reçu, par la poste, une lettre. Il est vrai que nous en recevions peu et ce courrier représentait l'exceptionnel. C'est moins le fait de l'avoir reçu que son contenu qui nous avait fait nous interroger. Nous nous trouvions pour la première fois de notre vie, confrontées à une chaîne. De ces chaînes qui vous promettent la réussite, le bonheur et la richesse si vous prenez assez de temps et d'argent pour l'envoyer à votre tour à 20 autres personnes qui se chargeront de la faire suivre.  

Cette après-midi, à la récréation, notre conversation tourna autour de cette demande : devait-elle continuer la chaîne -avec toutes les difficultés que cela comportait à l'époque : obtenir des timbres des parents et ensuite les poster- ou tout simplement la jeter ? Difficile à 9 ans de prendre ce genre de décision. Bien entendu, il y eu des pour l'envoi et des contres. 

Nous avons fini cette journée de réflexion sans trouver de réponse. Le lendemain, soigneusement pliée dans une poche, la lettre était au centre de nos conversations. Chacune avait pris conseil auprès de ses parents (et oui, cela se faisait !) et toutes sommes revenues avec une réponse catégorique et plein de bon sens : jette-là ! 

Ce jour, à la dernière récréation, nous avons fait des confettis et oublié ce courrier.

Si quatre petites filles de 9 ans ont pu, un jour des années 70, prendre la décision de ne pas faire suivre une chaîne comment se fait-il qu'aujourd'hui en 2017, il y existe encore des personnes prêtent à croire que transférer des messages de paix et d'amour stéréotypés pourront changer quelques choses ? 

Si tu m'aimes : tu me le dis simplement

Si tu veux la paix sur moi : tu me le souhaites

Si tu me veux du mal : TU TE TAIS ! 

Une chaîne n'a jamais changé la face du monde.

Une chaîne me fait me sentir mal car elle me renvoie le message que mes ami(e)s ne sont pas capable de me dire simplement que je suis importante à leur yeux.

Je me fous de belles tournures de phrases, des emphases et autres styles (souvent d'ailleurs très médiocre), ce que je cherche ce sont des personnes sincères qui n'auront pas peur de me dire qu'elles aiment passer du temps avec moi et qui le feront. 

Si vous voulez changer le monde, inutile de l'écrire sur les réseaux sociaux : FAITES-LE !

Tout simplement.

Et pour les réseaux, ils vous permettent de prévenir vos ami(e)s que vous allez faire quelque chose et que leur présence vous serait agréable. 

Vous pouvez leur laisser un message sur Messenger ou autre mais vous pouvez aussi leur téléphoner. Il est vrai que cela vous expose à leur absence, mais il existe, depuis quelques années déjà, des répondeurs téléphoniques. Qu'il est doux d'entendre la voix d'une personne que l'on aime.  

Sur ce, bonne journée et :

ARRÊTEZ DE M'ENVOYER DES CHAÎNES ! Ou alors en or éventuellement en  argent.  

 

 

 

 

Rédigé par Evglantine

Publié dans #Billet du jour

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article